Cancer : tout savoir sur la chirurgie

Le meilleur moyen pour traiter le cancer est certainement la chirurgie. Ces dernières années ce mode de traitement a beaucoup évolué et de plus en plus de patients se tournent ainsi vers la résection chirurgicale.

Le meilleur moyen pour traiter le cancer est certainement la chirurgie. Ces dernières années ce mode de traitement a beaucoup évolué et de plus en plus de patients se tournent ainsi vers la résection chirurgicale. Ils ont la possibilité de recourir à une ablation totale ou partielle. Parfois, ils peuvent accéder à un traitement en ambulatoire.

Pourquoi choisir la chirurgie du cancer ?

Il est parfois nécessaire de traiter un cancer par le biais de la chirurgie surtout parce que ce traitement permet de retirer la masse tumorale. Toutefois, cette dernière ne disparait pas complètement sans la chimiothérapie et/ou la radiothérapie. Les médicaments favorisent en effet l’éradication ultérieure de la tumeur. 

La chirurgie est notamment indiquée en cas de cancer du cerveau et du poumon. Elle est aussi mise en œuvre pour l’exérèse d’une métastase unique hépatique.

Si le cancer n’a pas encore métastasé, le chirurgien peut procéder seulement à une exérèse de la tumeur maligne ou des ganglions locorégionaux. Par ailleurs, à un stade avancé, le traitement de la maladie requiert la résection complète d’un organe et de l’ensemble du tissu tumoral.

Comment la chirurgie du cancer a-t-elle évolué ?

La chirurgie du cancer a beaucoup évolué ces dernières années sur le plan organisationnel. Depuis 2007, la prise en charge des personnes atteintes du cancer du sein, du cancer digestif, urologique, thoracique ou encore gynécologique est assurée exclusivement par les établissements autorisés au traitement chirurgical. En effet, seuls 759 sites sont habilités à établir une telle intervention. Ils répondent aux critères spécifiques définis dans le cadre de la loi du 26 janvier 2016 et du plan cancer 2014-2019.

Certaines obligations changent la pratique de la cancérologie à telle manière que la chirurgie du cancer s’inscrit au sein d’une approche thérapeutique globale, autrement dit, elle associe la chimiothérapie, thérapie ciblée et la radiographie. De surcroit, elle exige une préparation préopératoire et/ou postopératoire. Parmi les critères transversaux d’autorisation figure également la mise en place des RCP (des réunions de concentration pluridisciplinaire).

La chirurgie ambulatoire

La chirurgie ambulatoire est une prise en charge qui ne dure que quelques heures, 12 h tout au plus. Dans le cadre de ce traitement, le patient peut sortir de l’hôpital le jour même de son opération chirurgicale. Toutefois, selon les articles D. 6124-301-1 et R. 6121-4 une organisation structurée de l’intervention est nécessaire. À ce sujet, l’institut national du cancer et la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) accompagnent les équipes de chirurgiens afin de les aider dans l’élaboration et la mise en œuvre de leurs projets. Leur action s’intègre dans le programme national du développement de la chirurgie ambulatoire pour une période de deux ans.

La DGOS a financé environ 36 projets. La plupart de ceux-ci concernent la prise en charge du cancer du sein et autres pathologies tumorales comme le cancer digestifs, ORL, gynécologiques et urologiques.

Face à cela, beaucoup de patients ont accès à un séjour en ambulatoire. Une augmentation de leur nombre de 63,9 % est constatée entre 2010 et 2015. 


Dans la même catégorie




Pas de commentaire. Soyez le premier á ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire